mardi 6 juin 2017

Conférence à Asti: 1er jour

-->Le 12ème International Workshop on Anomalies in Hydrogen Loaded Metals va se dérouler du mardi 6 juin au vendredi 9 juin près d’Asti en Italie. Environ 70 personnes participent à cette conférence venant de 12 pays.

Le premier exposé a été fait par David French, un spécialiste Canadien de la propriété industrielle. Il a expliqué qu’il était nécessaire d’avoir une invention qui fonctionne. Ensuite, il est clair que l’on ne peut pas exclure des faits déjà connus. Finalement, il est très important que la première revendication soit bien écrite. Au moment de la discussion avec l’avocat, il faut vérifier que les revendications soient bien écrites.

Georges Egeley d’Ukraine a fait un exposé sur les découvertes oubliées et leurs effets sur la fusion froide. Il a mentionné les « dusty plasmas » avec des décharges avec 30 à 60 keV dans une atmosphère d’hydrogène. Il a également parlé des travaux de Tesla qui avait en 1931 fabriquait une voiture électrique qui roulait sans rechargement. Par ailleurs Moray à Salt Lake City avait développé un système pour soigner les cancers. Il a aussi discuté des travaux de Papp, Jekkel, Correa et Grey.

Jacques Ruer a réexaminé l’explosion qui s’était produite en 2004 dans une de mes expériences d’électrolyse avec comme cathode un tube de palladium. L’explosion avait complètement détruit le Dewar dans lequel l’expérience avait lieu. Toutes les tentatives pour faire exploser un Dewar similaire en faisant exploser un mélange hydrogène/oxygène n’avait pas abouti à une destruction du Dewar. Jacques Ruer a montré la différence entre déflagration et détonation. Dans une déflagration la flamme se déplace à une vitesse subsonique, alors que dans une détonation la vitesse de la flamme est supersonique et une très haute pression se développe sur le front de flamme. Après avoir fait différents essais, il a réussi à faire exploser des tubes en Pyrex de même diamètre en injectant un mélange hydrogène/oxygène par un tube de petit diamètre. Ceci montre que ce genre d’explosion est probablement tout à fait naturel, et n’est pas lié à un effet de la fusion froide.

Itoh du Japon, a repris l’expérience d’Iwamura de transmutation du césium en praséodyme au cours de la diffusion du deutérium à travers une multicouche palladium CaO avec un dépôt de césium. L’analyse par XPS et SIMS a montré que le praséodyme était produit. Néanmoins les auteurs ont essayé de vérifier par d’autres techniques la réalité de la production de praséodyme, en particulier par RBS.

Akito Takahashi du Japon a relaté les résultats de travaux menés par quatre universités, la société Technova et Nissan. Ils ont travaillé avec des alliages palladium, nickel, cuivre et ZrO2. Ils ont montré ds excès de chaleur de 3 à 10 Watts qui ont duré pendant des semaines.

Alakin de Russie a reproduit une expérience faite en 1922 par Wendt et Irion de production d’hélium au cours de l’explosion de fils de tungstène en faisant passer un courant intense. Ces résultats avaient étés rejetés à l’époque, mais les résultats actuels montrent qu’il y a effectivement production d’hélium.

Dubinko d’Ukraine a reproduit l’expérience de Parkhomov qui montrait un excès de 400 Watts à 1000°C. Il a aussi observé un excès de chaleur avec un mélange Nd90Fe10 avec H2 et D2 à 300°C.
Iwamura du Japon a reproduit l’expérience de Mizuno au cours de laquelle des nano particules de nickel et palladium produits par des décharges plasma. L’excès de chaleur est supérieur avec l’hydrogène qu’avec le deutérium. A 300°C, avec 7 Watts de chauffage, l’excès est de 83%. Des analyses au microscope électronique montrent l’apparition de silicium, sodium et fluor, ainsi que de cadmium.

Tom Claytor, un ancien chercheur de Los Alamos, maintenant à la retraite continue ses travaux de mesure du tritium au cours de décharges avec du palladium et d’autres métaux.  Il a aussi montré la production d’excès de chaleur avec des décharges plasmas avec Pt, Cu et Ni.

Malcom Fowler a montré le nouveau système de spectrométrie de masse qui permet de séparer l’hélium-4 du deutérium qui ont la même masse.

1 commentaire:

  1. Bonjour, question d'ordre générale, qui est présent hormis les habitués et habituels ?
    Politiques locaux, industriels du coin, autres ? Par contre,je sais bien que A.R. n'y est pas, lol
    Merci

    RépondreSupprimer