samedi 10 juin 2017

Conférence à Asti 4ème jour


Jacques Ruer a démontré que l’on pouvait facilement régler le problème de l’emballage d’une réaction de fusion froide, en utilisant ce qui est connu en chimie industrielle. Il est parti de l’hypothèse que la réaction de fusion froide augmente avec la température, il est alors clair que si rien n’est fait, on va aboutir à une fusion du combustible. Par contre si on tient compte du refroidissement avec par exemple une circulation d’eau, il est possible de régler le débit d’eau pour que le système atteigne un équilibre, tout en fournissant de l’eau à une température utilisable. Par ailleurs, même si le Coefficient de Performances est faible, en mettant en parallèle un grand nombre de cellules, le COP va sensiblement augmenter.

Philippe Hatt a montré son modèle utilisant un calcul simple permet de recalculer l’énergie du proton et du neutron.

Bob Greyner de MFMP a présenté différents résultats expérimentaux permettant d’observer des transmutations.

Katinsky de LENRIA a présenté une expérience d’électrochimie en collaboration avec Melvin Miles permettant d’être reproduite facilement par des laboratoires universitaires. Ils vont utiliser des électrodes en palladium bore fabriquée il y a quelques années et qui avaient donné de la chaleur anormale de manière très reproductible. Une fois l’expérience prête, elle sera envoyée gratuitement à ces laboratoires universitaires qui pourront faire l’expérience.

La conférence s’est terminée par un dîner de gala, au cours duquel, il a été annoncé que la prochaine conférence ICCF 21 aurait lieu sur la côte Est des Etats-Unis durant l’été 2018.

Fabrice David a reçu la médaille de bronze du meilleur poster. La médaille Préparata a été attribuée à Tom Claytor pour ses travaux à Los Alamos sur la production de tritium.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire